Pigments et liants

Pour la décoration de ses manuscrits, l'artiste du Moyen-Âge disposait de différents colorants : des couleurs fabriquées à partir de plantes, de différents minéraux et types de terres broyés et des couleurs obtenues à partir de processus chimiques. Ces colorants devaient être mélangés à de l'eau et à un liant afin d'adhérer au parchemin. Du blanc d'oeuf était généralement utilisé comme liant. Vers 1400, la gomme, résine de certaines essences d'arbres, était également utilisée comme liant. Enfin, en faisant bouillir dans de l'eau de petits résidus de parchemin, l'on pouvait également obtenir une sorte de gelée qui, au terme d'un processus de décomposition, était utilisée comme liant.

L'utilisation de l'or était également importante, soit sous la forme d'une fine feuille de métal martelée (feuille d'or), soit en poudre, mélangée au liant, de façon à pouvoir être utilisé comme peinture (or en coquille). En sus de l'or, l'argent pouvait également être utilisé de la sorte.

Une fois élaborées, les peintures médiévales étaient parfois conservées dans de plateaux en terre cuite, mais plus fréquemment encore dans des coquillages. Ceux-ci servaient alors de petits pots de peinture. L'or en coquille leur doit encore son nom.

Fermer la fenêtre